Crédits avec le crowdlending: ce qui a changé – et ce qui n’a pas changé

crédits avec le crowdlending

La crise du coronavirus touche tous les secteurs économiques. En tant que qu’entreprise de crowdlending pour PME, beaucoup de choses ont changé pour nous – mais pas nos principes fondamentaux. Nous donnons à tous les candidats une chance équitable même si  la sécurité des investisseurs reste notre priorité principale.

Lorsque nous examinons la demande de prêt d’une PME, la question reste fondamentalement la même qu’il y a un an. Est-ce une PME saine qui a non seulement un bon concept d’entreprise mais aussi une bonne équipe pour mettre celui-ci en œuvre avec succès ? 

Pour pouvoir effectuer un contrôle approfondi, nous devons nous appuyer sur un certain historique. Nous n’investissons donc que dans les PME qui ont au moins quatre ans. Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons évaluer si des leçons ont été tirées des erreurs et si l’entreprise est sur la bonne voie que nous voulons suivre. Si oui, nous recommandons finalement l’investissement à nos clients. 

La crise du coronavirus – aussi extraordinaire soit-elle – est donc pour nous simplement un autre facteur qui doit être inclus dans l’évaluation.

Travail à court terme, licenciements, prêts d’urgence ?

Un critère important est l’industrie ou l’importance des pertes. Pas tous les secteurs de l’économie n’ont été touchés de la même façon par les restrictions. Certains en ont même bénéficié. Ensuite, nous examinons comment l’entreprise en question a fait face à la diminution des activités. Est-ce que les employés ont dû être envoyés en chômage partiel ou même licenciés ? Les prêts d’urgence Covid-19 ont-ils été obtenus ? 

Les entreprises ne doivent pas seulement montrer comment elles ont survécu à l’année 2020 jusqu’à présent, elles doivent aussi faire face aux imprévus. Comme l’évolution de la pandémie n’est pas prévisible, de nombreuses questions de type « et si » doivent être résolues.

La situation n’est pas aussi désespérée qu’on pourrait le penser à première vue. Cela est démontré par l’exemple hypothétique d’un fournisseur de bureaux partagés, appelés « coworking spaces. 

Questions sur les questions – que nous nous posons et examinons les faits en détail

Compte tenu de la tendance à la création de bureaux à domicile et du développement économique, la demande de bureaux devrait avoir tendance à diminuer. Les entreprises ne veulent pas conclure de contrats à long terme pour des bureaux qui ne seront finalement pas utilisés. Comme les espaces de coworking offrent une grande flexibilité, ils peuvent bénéficier de cette tendance. Les employés peuvent bénéficier de journées « à la demande ». Si un projet s’avère être plus long et plus exigeant, il est possible de louer un bureau pour la période en question,  24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Il est important que le fournisseur s’engage dans une coopération à long terme avec les entreprises. Il ne peut pas uniquement compter sur des « clients de passage ». 

Bien entendu, lors de l’analyse le concept de protection du coronavirus joue également un rôle dans. Couvre-t-il tous les aspects pertinents et surtout : est-il réellement mise en œuvre ? Là aussi, il convient de clarifier les éventualités. Et si les règlements devenaient encore plus stricts ? Y a-t-il suffisamment d’espace disponible qui pourrait être adapté aux nouvelles exigences sans trop d’efforts ?

Le cœur de notre modèle d’entreprise

Si nous arrivons à la conclusion que rien ne s’oppose à une coopération, nous publierons le projet sur notre site web. Les parties intéressées peuvent découvrir l’idée qui se cache derrière le projet ainsi que le taux d’intérêt et la durée. Ils peuvent également devenir des investisseurs dans des PME en quelques clics seulement.

La période d’investissement varie de 12 à 60 mois (en moyenne 27 mois). Quant aux taux d’intérêt sur les prêts accordés jusqu’à présent, ils varient de 3,2 à 7,3 %. Ils reflètent donc la préférence en matière de risque pour les investisseurs, bien que le taux de défaillance réel soit jusqu’à présent de 0 %.

Ces clarifications sont coûteuses, souvent complexes – mais elles sont en fin de compte au cœur de notre modèle d’entreprise. Bien sûr, nous voulons donner une chance à toutes les PME en examinant leur candidature en détail et de manière équitable. Mais en fin de compte, nous n’accordons que des prêts dans lesquels nous croyons sans réserve et dans lesquels nous pourrions nous imaginer investir. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :