Fintech explained : quelques termes clés du secteur et leur signification

Les entreprises de technologies financières intelligentes – ou fintech – sont en plein développement depuis quelques années. En effet, elles proposent des solutions simples et innovantes à de nombreux problèmes. 

Dans cet article, nous allons vous expliquer quelques termes clés que vous avez peut-être déjà entendus lorsque vous avez cherché en ligne des solutions financières techniques ou des opportunités d’investissement intéressantes.

Fintech

Commençons par la fintech

Commençons par le terme de base: Fintech. Ce mot est composé de « Financial » et de « Technology ». Les fintech sont donc des entreprises qui fournissent des solutions techniques à toutes sortes de problèmes financiers. Les fintechs sont des start-up qui se concentrent généralement sur un seul problème clé et qui fournissent une solution plus efficace à ce problème qu’une banque traditionnelle.

Un exemple populaire de fintech est le prestataire de services de paiement mondialement connu PayPal. Cette start-up avait à l’époque l’idée de simplifier et d’accélérer le trafic mondial des paiements. Entre-temps, cette entreprise s’est établie comme prestataire de services de paiement et propose ses services dans le monde entier. PayPal a repensé le processus de paiement et a fourni une solution technique efficace que des millions de clients utilisent désormais dans le monde entier.

Termes bancaires

Comme nous l’avons déjà mentionné, une fintech se concentre généralement sur un tout petit domaine de base et propose pour celui-ci des solutions technologiques intelligentes. Les fintech qui proposent des services de paiement ou qui fonctionnent comme des banques n’utilisent donc pas les mêmes termes que les fintech qui offrent des possibilités d’investissement.

Open Banking

Avec le concept d’open banking, les fintech ont repensé le domaine bancaire et s’y attaquent désormais avec leurs propres solutions. Alors que le monde financier était auparavant fermé et que les opérations de paiement étaient exclusivement réservées aux banques, on a assisté ces dernières années à une ouverture du secteur des paiements. Certaines fintechs, comme N26, proposent à leurs clients leurs propres comptes et services bancaires en ligne, souvent à un prix beaucoup plus avantageux que les banques traditionnelles.

Cette évolution a été rendue possible par de nouvelles dispositions légales : dans l’UE et l’EEE, par la directive PSD2 (Payment Services Directive 2). Cette nouvelle réglementation permet désormais aux prestataires tiers de services de paiement, de comptes bancaires ou de cartes bancaires de proposer leurs services dans un cadre légal sécurisé. Cela signifie que les fintech qui souhaitent proposer leurs services dans l’UE ou l’EEE sont surveillées de manière aussi stricte qu’une banque par l’autorité de surveillance nationale respective et sont soumises aux mêmes obligations légales.

Cette ouverture légale a désormais ouvert davantage le secteur financier, ce qui favorise l’innovation. De nombreuses fintech en ont déjà tiré profit et proposent désormais des solutions de banque en ligne via une application pour smartphone, avec pour objectif d’accélérer les transactions et d’offrir aux utilisateurs un accès aussi simple que possible à un compte bancaire, avec des frais minimaux.

Wallet

Wallet signifie « porte-monnaie ». Le portefeuille électronique a fait ses débuts dans le commerce des crypto-monnaies. Les utilisateurs y conservent leurs coins ou jetons. Entre-temps, il existe également des fintechs qui proposent des portefeuilles dans lesquels toutes les cartes de crédit ou de débit et autres options de paiement d’un utilisateur peuvent être déposées électroniquement. Les services de paiement mobile comme Apple Pay font par exemple partie des “wallet”.

Termes du monde de la cryptographie

Crypto-monnaie

À ses débuts, la crypto-monnaie (ou plutôt le bitcoin, puisqu’il s’agit de la première monnaie virtuelle) avait la réputation d’être une monnaie de piratage. Ces dernières années, la crypto-monnaie a vu sa popularité augmenter en tant que possibilité d’investissement et semble désormais avoir été adoptée par beaucoup de monde.

Il existe aujourd’hui plus de 16 000 cryptomonnaies négociables. Les utilisateurs qui souhaitent par exemple acquérir du bitcoin s’inscrivent sur une plateforme d’échange mise à disposition par une fintech, par exemple Bitpanda. On y échange de l’argent réel contre la crypto-monnaie de son choix et les coins ou tokens sont stockés dans le portefeuille, à partir duquel on peut effectuer des paiements avec de la crypto-monnaie.

Blockchain

Le cœur de chaque crypto-monnaie est la blockchain. Il s’agit d’une architecture de données sur laquelle tous les coins ou jetons sont enregistrés et dotés d’une adresse propre.

De nombreuses crypto-monnaies n’ont pas qu’un seul layer de calcul, mais plusieurs. Alors que la blockchain Bitcoin, par exemple, qui n’a qu’un seul layer, ne permet de traiter que des transactions, une blockchain à deux layers ou plus (Ethereum, par exemple) permet également d’effectuer d’autres opérations de calcul, ce qui offre de nombreuses nouvelles possibilités d’application, par exemple des contrats intelligents.

Smart Contract

Un smart contract est un contrat déposé sur la blockchain qui est exécuté lorsqu’un certain événement se produit. Les compagnies d’assurance et les compagnies aériennes, par exemple, s’intéressent de plus en plus à cette application.

Ainsi, à l’avenir, un contrat intelligent pourrait être établi entre un passager et une compagnie, dans lequel il serait convenu qu’en cas d’annulation d’un vol, l’argent du billet serait automatiquement remboursé. Cela permettrait au passager et à la compagnie aérienne d’économiser beaucoup de temps (et d’énervement). Le même principe pourrait être appliqué aux assurances en cas de sinistre ou lors de la conclusion d’un contrat de vente ou de location.

Termes relatifs à la foule

Les fintech proposent également de nombreux services liés au financement avec plusieurs investisseurs. C’est-à-dire qu’un projet n’est pas financé par un seul bailleur de fonds, mais par un grand nombre de personnes (ce que l’on appelle la « foule »).

Crowdfunding

Le plus connu, car le plus ancien, est le crowdfunding, où, dans la plupart des cas, la fabrication d’un produit est financée par la foule et où chaque bailleur de fonds reçoit le produit après un financement réussi. Ce n’est donc pas l’avantage financier sous forme de rendement qui est au premier plan, mais simplement un produit ou un service dont les donateurs veulent profiter.

Crowdinvesting

Dans le cas du crowdinvesting, les prêteurs financent par exemple une entreprise, par exemple une start-up, et reçoivent en contrepartie soit des parts de l’entreprise sous forme d’actions, soit une participation aux bénéfices de l’entreprise d’une autre manière.

Contrairement au crowdfunding, les prêteurs ne sont donc pas intéressés par ce que l’entreprise produit ou propose, mais par le rendement qu’ils peuvent obtenir de leur investissement. Or, selon le succès de l’entreprise, le rendement peut varier très fortement.

Crowdlending

Le crowdlending est similaire au crowdinvesting. De nombreuses fintechs de crowdlending, comme par exemple neocredit.ch, se sont spécialisées dans l’octroi de crédits aux entreprises. Les prêteurs n’investissent donc pas directement dans une entreprise comme dans le crowdinvesting, mais dans un crédit demandé par une entreprise à la plateforme de crowdlending.

L’emprunteur rembourse ensuite les mensualités du crédit à la plateforme de crowdlending pendant la phase de remboursement. Celle-ci redistribue ensuite l’argent aux différents prêteurs. De cette manière, les investisseurs reçoivent un rendement constant sur une période donnée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :