Après la crise du Covid : la ruée vers l’or?

la crise du covid

Le premier trimestre de 2020 a été le scénario d’horreur par excellence pour les investisseurs. Les cours des actions se sont effondrés dans le monde entier. Et ce n’était que le début. Ce qui a suivi sont des événements que l’on n’aurait jamais pu imaginer, surtout dans le monde libre et occidental. Non seulement la vie publique mais aussi l’économie ont été arrêtées du jour au lendemain. La Suisse, contrairement à de nombreux autres pays, s’est abstenue d’un confinement très strict. L’année 2020 a néanmoins laissé des traces dans l’économie suisse.

Au fur et à mesure que le programme de vaccination progresse et que les mesures sont assouplies, la normalité semble revenir lentement. Est-ce que cette année marquera un tournant? Que se passera-t-il dans les années à venir ? Qui sont les bénéficiaires de la crise et où se trouvent les opportunités de placement lucratives pour les investisseurs ? Nous explorons ces questions dans cet article.

Effets de la crise sur l’économie suisse

Alors que le produit intérieur brut de la Suisse a augmenté chaque année de 2010 à 2019, il s’est à nouveau contracté pour la première fois en 2020 – de 2,9 %. Une baisse de plus de 6 % avait été redoutée.

Contrairement à de nombreux autres pays, la Suisse a été très libérale avec ses mesures pour lutter contre le coronavirus. Cela explique en grande partie pourquoi l’économie suisse a mieux traversé la crise que celle d’autres pays où des mesures plus sévères ont été prises.

Le préjudice économique en Suisse est néanmoins considérable. Certaines entreprises – notamment celles qui étaient déjà en difficulté économique – ont été durement touchées par la crise. Elles ont alors été contraintes d’abandonner.

Toutefois, la reprise économique a repris plus rapidement que prévu dès le second semestre 2020. Le nouveau confinement en fin d’année a mis un nouveau frein à la reprise. Au premier trimestre 2021, l’économie suisse s’est à nouveau contractée de 0,5% par rapport au trimestre précédent.

Au deuxième trimestre 2021, l’économie a repris de plus belle. L’indice PMI (Purchasing Managers’ Index) – l’un des indicateurs les plus importants pour l’économie suisse – a atteint un niveau record en mai. Un motif d’espoir ?

Le programme de vaccination et les assouplissements permettent de sortir de la crise

Avec la fourniture de vaccins, un tournant dans la crise a été atteint. La vaccination d’une grande partie de la population était considérée comme la solution pour sortir de la crise. L’assouplissement simultané des mesures a donné un nouvel élan à l’économie suisse au début du second semestre 2021.

Pour l’instant, tout porte à croire qu’il s’agit d’une recette à succès. Non seulement en Suisse, mais dans le monde entier, les secteurs économiques des différents pays se régénèrent. Il en résulte un essor mondial dont la Suisse profite aussi massivement.

En décembre 2020, les exportations suisses étaient déjà à nouveau en hausse, et elles le sont toujours. Partout dans le monde, les signes indiquent une frénésie de consommation. Les gens rattrapent ce qu’ils ont manqué au cours de l’année et demie écoulée. Même s’il ne s’agit que d’un événement ponctuel et qu’il ne durera pas, l’augmentation de la consommation est un moteur important pour relancer l’économie mondiale.

Gagnants et perdants de la crise

Dans toute crise, il y a des gagnants et des perdants. Les secteurs de la gastronomie, du divertissement et du tourisme ont été les plus durement touchés. De nombreuses entreprises industrielles, dont la production s’est arrêtée pendant des mois ou n’a continué à fonctionner qu’à petit feu, ont été durement touchées et ont dû amortir l’année 2020 comme une perte totale.

Les entreprises pharmaceutiques et chimiques suisses ont traversé la crise de manière très robuste. Certaines d’entre elles ont même pu augmenter leur chiffre d’affaires en 2020, puisque l’industrie a exporté près de 8 % de produits et articles supplémentaires dans le cadre de la production de vaccins par rapport à l’année précédente.

La reprise se poursuit-elle ?

On peut supposer que la phase actuelle de reprise économique va se poursuivre. Si les mesures sont encore assouplies, un retour à la normale renforcera le désir de consommation. Les secteurs du voyage et de l’hôtellerie, en particulier, bénéficieront alors au plus tard de la reprise économique générale.

Les premiers signes d’espoir se manifestent également dans le secteur suisse de la construction mécanique. Alors que de nombreuses entreprises d’ici ont connu des difficultés en 2020 et ont exporté 14% de moins qu’en 2019, les signes sont désormais bons pour que les carnets de commande soient bientôt bien remplis.

Dans certains secteurs, par exemple les fabricants d’instruments de précision et l’industrie métallurgique, les exportations ont augmenté de 1,5 % au deuxième trimestre 2021, dépassant même le niveau d’exportation d’avant la crise.

De nombreuses opportunités pour les investisseurs

La reprise mondiale en cours offre de nombreuses opportunités aux investisseurs suisses, et pas seulement sur le marché boursier. Toutefois, certaines opportunités d’investissement qui étaient considérées comme génératrices de rendements sûrs avant la crise sont reléguées au second plan. La crise a changé certaines choses de façon permanente.

Tous les biens immobiliers ne constituent pas un investissement prometteur pour l’avenir

En passant au télétravail, il est fort possible que de nombreuses entreprises continuent à le faire à l’avenir et permettent à leurs employés de travailler depuis leur domicile, au moins une partie du temps. Cela permettra aux entreprises d’économiser sur les espaces de bureaux coûteux si, par exemple, les employés partagent à l’avenir un poste de travail dans l’immeuble de bureaux et travaillent à tour de rôle à domicile.

La demande d’espaces de bureaux est donc susceptible de diminuer.

La situation est similaire pour les espaces commerciaux. Les détaillants étaient déjà en difficulté avant la crise, car ils devaient concurrencer les titans de la vente en ligne. Ceux qui ont pu conserver leur entreprise n’auront pas la tâche facile à l’avenir, car la tendance en ligne se poursuit.

La demande d’espaces commerciaux devrait donc diminuer.

Toutefois, quiconque décide d’investir dans une propriété logistique peut en retirer un rendement considérable. Ce secteur d’investissement a déjà connu une évolution positive en 2020, grâce à l’essor du commerce en ligne. Les vendeurs ont besoin d’un espace où ils peuvent stocker temporairement leurs marchandises. Les propriétés logistiques ne sont disponibles que dans une mesure limitée en Suisse. Ces deux facteurs jouent donc en faveur des investisseurs.

Le crowdlending pour renforcer l’économie suisse

Même si les entreprises suisses ont mieux traversé la crise que celles d’autres pays, les chefs d’entreprise suisses ont tout de même beaucoup à faire pour remettre leurs entreprises sur la voie du succès. La crise a montré à de nombreuses entreprises leurs points faibles, par exemple dans le domaine de l’infrastructure informatique lors du passage au télétravail.

De nombreuses entreprises suisses ont donc besoin d’investir après la crise et doivent contracter des prêts pour y parvenir. Grâce au crowdlending, les investisseurs contribuent à la reconstruction de l’économie suisse et profitent en même temps d’un rendement attractif grâce au remboursement des intérêts.

La crise offre donc à toutes les personnes concernées l’occasion de se réorienter, que ce soit dans l’entreprise ou dans le portefeuille.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :